Le wara

 

 

 

Le wara, lune-étoile en langue maya,

est de conception et fabrication françaises.

 

Inspiré des percussions de plusieurs traditions, il les mélange judicieusement.

Sa taille, un mètre de diamètre, en fait un instrument d’une profondeur et d’une résonance exceptionnelles.

C’est la connexion à la Terre, la pulsation du cœur de la Terre.

 

Joués d’une certaine façon, les tambours captent l’attention de certains esprits, certaines énergies.

L’intention de l’instrumentiste est alors essentielle pour savoir « qui », « quoi », va passer dans la vibration.

 

La différence, sur le même instrument, entre par exemple énergies amérindienne ou celte, n’est pas forcément perceptible au niveau musical.

Mais sur le plan vibratoire, c’est très distinct pour les sens psychiques.

 

De par son ancrage au cœur de la Terre, le tambour actionne le corps qui est constitué des atomes de celle-ci.

Il propulse sans tergiverser l’auditeur hors de ses carapaces, et s’offre comme un appui solide pour un voyage dans d’autres sphères.

Mais à la fin des pérégrinations dans l’éther, il ramène immanquablement au corps.

 

Voilà pourquoi c’est lui,

avec le didgeridoo de bois,

qui ouvre et clôt les Mandalas Sonores,

tels des gardiens, des passeurs.

 

Extrait du livre-CD

"Voyage chamanique des temps nouveaux"

éditions "Entre-Deux-Mondes".

 

La vérité suprême est au-dedans comme au-dehors, dans le mobile

comme dans l'immobile...

               Bhagavad-Gîta

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Association Horizons Intérieurs© - Tous droits réservés - Toutes photos sous copyright - Toutes musiques déposées SACEM - Tous textes déposés SACED - Graphisme bannière : www.syamamandala.com