Shiva

 

?
MAIS QUI DONC EST SHIVA EN VÉRITÉ ?
Nous en avons une certaine image, donnée par les Hindouistes, mais qui est-il vraiment ?
?
Pour répondre à cette question, il nous faut d'abord comprendre "d'où" il vient.
Car il n'apparaît pas dans les Védas, ces textes très très anciens qui établissent la religion Védique d'où est issu l'Hindouisme.
Ces Védas datent d'au moins 12 000 à 15 000 ans et ont été transmis oralement jusqu'à 1500 avant JC, époque à laquelle ils ont été transcrits par écrit.
Shiva, lui, ne commence à être cité que bien tard, au moment de la rédaction des Upanishad, textes considérés aussi par les Hindouistes comme étant sacrés, et datant d'environ 700 à 500 avant JC.
?
Shiva ne fait donc pas partie de la religion Védique.
Il y a été intégré tardivement, comme nous pouvons le constater.
Comment et pourquoi ?
?
Shiva a, peu à peu puis quasi totalement, remplacé Rudra.
Ce dernier est, dans les Védas, soit un dieu, soit une armée de 10 ou 100 dieux.
Rudra est, dans les Védas, vengeur et destructeur.
Il est craint par ses pairs, les autres dieux du panthéon Védique.
?
Shiva, lui, est pré-existant au Védisme, il appartient à la culture Dravidienne présente en Inde à l'arrivée et à la colonisation des Aryens Védiques.
Cette culture était basée sur le Yoga et le Tantrisme et est au moins aussi ancienne que le Védisme, peut-être beaucoup selon certaines sources.
En tant que colons, les Aryens écrasent la culture Dravidienne, comme il se doit, comme partout cela s'est passé dans le monde à chaque colonisation.
Mais, comme chaque fois, la culture autochtone a perduré, plus ou moins abîmée et en souterrain.
?
Shiva est, de ce qu'en disent certaines sources, l'Être qui a aidé la civilisation Dravidienne à se créer.
Il est, selon ces mêmes sources, celui qui a enseigné, offert le Yoga à l'humanité.
Il est donc le grand bienfaiteur de ce Peuple Dravidien, qui l'adore et le fête à juste titre, notamment lors des Shivaratri, reprises par les Hindouistes.
?
Malgré les efforts des Aryens, aidés de leurs prêtres appelés Brahmanes et de leurs guerriers les Kshatryas, la culture Dravidienne est restée vive et a influencé maints aspects du Védisme.
Tout comme, en Europe, le Christianisme a du intégrer des caractéristiques Druidiques, le Védisme s'est fortement teinté de la culture Dravidienne.
C'est la création de l'Hindouisme, justement, mélange de Védisme et de culture Dravidienne.
L'entrée de Shiva dans le panthéon Védique en est une des manifestations les plus visibles.
Et il a remplacé Rudra, qui était en perte de vitesse (ce pourquoi nous pourrons parler une autre fois !).
?
Shiva avait les qualités d'un civilisateur et d'un bienfaiteur dans la civilisation Dravidienne ?
Le Védisme lui a en plus attribué le caractère belliqueux de Rudra.
Voilà pourquoi, depuis l'instauration de l'Hindouisme, Shiva a ces deux facettes, bienfaiteur et destructeur.
?
En réalité, Shiva n'est que bienfaiteur, et ce n'est pas un hasard si les autres dieux viennent systématiquement lui demander aide lorsque le monde va mal.
Pourquoi ne demandent-ils pas à Vishnou, qui est théoriquement le dieu chargé de l'entretien du bon ordre du monde ?
Parce que Shiva est, dans l'inconscient collectif, celui qui aide les humains à maintenir leur civilisation en harmonie.
Et cet aspect vient directement de la culture Dravidienne.
?
Aujourd'hui, lorsque nous invoquons l'énergie de Shiva, c'est bien sa présence bienfaitrice à laquelle nous nous adressons !
C'est donc bien le Shiva Dravidien, le civilisateur, que nous appelons.
Voilà pourquoi les Shivaratri sont bénéfiques.
Voilà aussi pourquoi, personnellement, je me connecte chaque jour à cette énergie immense et pacificatrice.
C'est aussi parce que Shiva est l'Être qui a enseigné le Yoga aux humains ; et en tant que Yogi moi-même, je le remercie chaque jour.
?
 
 
Le Shivaïsme, religion antérieure au Védisme ?
?
C'est ce qu'affirme, (juste en passant et mine de rien) ce grand homme qu'était Alain Daniélou...
Il me plaît de vous partager ce passage de son livre "Le Shiva-Svarodaya".
 
"La théorie du Yoga et les techniques de prédictions, de caractère prophétique ou magique, présentées dans le Shiva-Svarodaya, proviennent de la religion Shivaïte antérieures aux invasions Aryennes.
Ces techniques sont toujours pratiquées dans le Tantrisme Shivaïte, religion populaire ouverte à toutes les castes, qui n'a jamais été réellement incorporée dans le Brahmanisme Védique.
En dehors des pratiques qui se sont perpétuées dans l'Inde, des vestiges mythiques, légendaires, symboliques, rituels, provenant du Shivaïsme ancien, sont reconnaissables, sous une forme plus ou moins adaptée, dans toutes les religions ultérieures."
?
Le Shiva-Svarodaya,
La naissance du Souffle de Vie rév&élé par le dieu Shiva.
Ancien traité de Présages et Prémonitions d'après le souffle vital.
Traduit du Sanskrit par Alain Daniélou.
Éditions Archè Milano.
?
 
 
Le Yoga, la religion, et Shiva dans tout ça ?
?
"Pour des êtres dont les sens seraient différents des nôtres, l'univers serait différent. C'est finalement dans les centres de perception, c'est-à-dire dans les individualités vivantes, que nous devons chercher la réalité d'un cosmos qui, autrement, est illusoire.
../..
Notre effort pour connaître le monde extérieur est limité à la connaissance que nous pouvons avoir de nous-mêmes. Notre perception du monde extérieur n'est que la projection de notre monde intérieur.
../..
Dans le processus de la manifestation, tout est fait pour créer l'illusion de la multiplicité et pour empêcher la réalisation de l'identité fondamentale de tous les êtres ; car ceci mènerait à la destruction de la notion du Moi qui est la force de cohésion qui maintient assemblés les éléments constituant l'être individuel, le témoin qui donne sa réalité au Cosmos.
../..
Nous pouvons donc comprendre pourquoi toutes les règles de la morale, toutes les formes du savoir sacré ou profane, tous les liens de la religion et des rites, semblent avoir essentiellement pour but d'écarter l'homme du sentier de la libération, de la connaissance, de le maintenir homme par la promesse d'un bonheur éternel, de plaisirs célestes ou autres avantages transitoires.
../..
Lorsque le Yogi cherchant la libération fait quelques progrès dans ses efforts pour se libérer de tous les liens, la nature lui offre de nouvelles aptitudes (les siddhis ou "pouvoirs"), de nouvelles tentations, de nouveaux accomplissements pour le ramener en son pouvoir.
../..
Tout culte religieux a pour but de garder l'homme emprisonné dans les liens de la manifestation dont les dieux sont les énergies fondamentales.
../..
Le stade qu'atteint le Yogi qui est parvenu à réduire son mental au silence est la source de la connaissance. C'est lorsqu'il atteint cette source que le Yogi prend conscience du substrat non-manifesté de la manifestation.
../..
Les méthodes du Yoga qui en cela diffèrent de celles des rites, sont ouvertes à tous ceux qui suivent ses disciplines. Shiva, le Yogi, est donc accusé dans les livres saints des Aryens d'accorder ses enseignements aux humbles, aux impurs, d'être le dieu qui révèle les secrets de la vérité transcendante à ceux qui ne sont même pas qualifiés pour la pratique des rites."
?
Mythes et Dieux de l'Inde,
Alain Daniélou.

Editions Champs essais.

?

 

 

Le culte de Shiva au cours des âges.
?
"Le culte de Shiva est toujours demeuré la religion du petit peuple Indien pour qui il n'y avait guère de place dans la société aristocratique des Aryens, mais il est aussi resté la base de doctrines ésotériques, transmises par des ordres initiatiques dont la mission était, et demeure encore aujourd'hui, de conserver les formes les plus hautes de la spéculation métaphysique à travers les périodes de conflits et de décadences, telle que celle qui suivit la conquête Aryenne de l'Inde, périodes durant lesquelles des vainqueurs proclament la supériorité de conceptions religieuses relativement grossières, par rapport à la sagesse antique de très vieilles cultures dont peu à peu les conquérants eux-mêmes finissent par s'imprégner.
?
Les documents les plus anciens qui nous restent aujourd'hui sur la philosophie du Shivaïsme se trouvent dans les Agamas Shivaïtes, les Upanishads Shivaïtes et les six Purâna Shivaïtes : le Linga Purâna, le Shiva Purâna, le Skanda Purâna, le Matsya Purâna, le Kurma Purâna et le Brahmanda Purâna. La plupart des autres Purânas sont toutefois basés également sur d'anciennes traditions autochtones, en particulier l'Agni Purâna. Tous mentionnent les mythes de Shiva.
?
Il existe par ailleurs des textes très anciens dans des langues autres que le Sanskrit, conservés dans les collèges de prêtres des sectes Shivaïtes tels que les Lingayats qui, malgré certaines réformes plus ou moins récentes, ont conservé des rites très anciens, et enterrent encore aujourd'hui leurs morts avec des cérémonies qui n'ont guère varié depuis la préhistoire. Personne d'autre que des fidèles obligés au secret n'a pu, à ma connaissance, avoir jusqu'à présent un accès direct à ces textes.
?
Plusieurs des Purânas semblent être les résumés en Sanskrit d'une ancienne littérature composée dans d'autres langues anciennes, peut-être Dravidiennes. Les versions Tamoules de certains Purânas diffèrent notablement des versions Sanskrites et sont souvent considérées comme plus anciennes.
?
../..
Le Shivaïsme avait été durant de nombreux siècles une religion persécutée, représentée comme la religion des Anti-dieux et des démons.
?
../..
C'est alors seulement (lorsque le Védisme s'est suffisamment rapproché du Shivaïsme, note de moi) que ce qui restait des livres sacrés pré-Aryens commença à être traduit en Sanskrit et ceci explique pourquoi ces textes sont souvent écrits dans une langue tardive et vulgaire.
?
../..
La philosophie Shivaïte représente l'aspect le plus abstrait de la pensée religieuse Indienne. Elle nous apporte les enseignements étranges et profonds de la plus ancienne cosmologie ainsi que les méthodes de Yoga qui demeurent la base de toutes les conceptions du progrès intérieur et de la réalisation spirituelle dans l'Hindouisme récent comme il l'était dans l'Inde pré-Aryenne."
?
Mythes et Dieux de l'Inde,
Alain Daniélou.
Éditions Champs essais.
?
 
 
La révélation Shivaïste.
?
"C'est apparemment dans un monde animiste où la conception du surnaturel restait confuse et diffuse, plutôt pressentie que rationalisée, que se développa ce qui devait être le plus grand phénomène dans l'histoire de la pensée humaine : la révélation Shivaïste.
?
Selon la chronologie des Purana (anciennes chroniques), ce serait vers le dixième millénaire avant notre ère que celui qui parmi les dieux préside à la vie et à la mort des êtres révéla aux hommes le moyen de dépasser les limites des perceptions des sens et de connaître par une expérience directe et extrasensorielle la nature subtile du monde naturel apparent et de ses aspects transcendants que sont les esprits et les dieux. C'est la technique de cette expérience qui est appelée Yoga (le lien) dont notre mot "religion" est une traduction.
?
Le nom de ce Dieu n'est habituellement pas prononcé, de même que dans la forêt on ne prononce pas le nom du tigre. Dans une langue oubliée on l'appelait Ann (cette langue est le Sumérien ancien, et de ce que j'en connais, il s'agit plutôt d'Enki, favorable à l'humanité, alors que Ann considérait les humains comme du bétail bon à travailler et à être mangé ; mais les religions ont falsifient l'histoire depuis tant de millénaires ; note de moi), puis on lui donna le titre de Shiva (le bienveillant) ou Shambhu (source de paix), Shankara (le pacifiant) ou Maheshvara (le grand seigneur), mais aussi Bhaïrava (le terrible). Bien plus tard les Grecs l'appelèrent Dionysos (probablement le dieu de Nysa, du nom de la montagne de l'Inde où son emblème était vénéré) ou Bhacchos (du Sanskrit Bhakta, le participant), nom que l'on donnait au dieu et à ses adeptes.
?
Le Shivaïsme semble avoir été la source principale de la pensée religieuse dans le monde indo-méditerranéen, avant les invasions Aryennes. Les méthodes de réalisation spirituelles qu'il nous a transmises sous la forme des techniques du Yoga semblent être un apport unique dans l'histoire des religions et restent la base consciente ou inconsciente de toute véritable recherche intérieure.
?
L'enseignement du Yoga et la conception Shivaïte du monde ont survécu sous des formes plus ou moins dissimulées aux invasions barbares et aux religions dogmatiques pour réapparaître chaque fois que l'humanité s'oriente à nouveau vers une véritable recherche spirituelle.
?
Après le désastre que représentèrent les invasions nordiques pour la civilisation de l'Indus comme pour celles de Sumer ou du monde Minoéen, le Shivaïsme reparu à nouveau dans l'Inde comme plus tard les cultes Dionysiaques en Grèce et en Méditerranée, et l'on ne saurait sous-estimer le rôle qu'il joue dans la conception des rites et dans les coutumes de toutes les religions ultérieures.
?
L'intérêt, même motivé par une information partielle, que suscitent le Yoga et la pensée de l'Inde est peut-être l'indication d'un retour aux concepts Shivaïtes-Dionysiaques dans le monde inquiet d'aujourd'hui."
?
Alain Daniélou,
Yoga, méthode de réintégration.
?
 

Shivaïsme-Dionysiaque et Yoga.

 
?
La grande religion Shivaïte-Dionysiaque qui avait régné sur le monde indo-méditerranéen reste à la source de nos rites et de nos croyances. Mais ses conceptions et ses méthodes les plus abstraites et les plus développées ne se maintinrent, et même là avec difficulté, que dans l'Inde, durant des siècles, sous des formes secrètes constituant aujourd'hui encore l'apanage d'initiés.
?
Le Yoga représente la religion totale, car il n'exclut pas le plan métaphysique du plan physique et du plan mental. Il ne sépare pas fondamentalement la matière de la pensée. Sa méthode englobe toute la connaissance, la structure du monde apparent, la formation de la pensée, le rôle de l'énergie qui donne naissance à l'un et à l'autre, et, au-delà, la puissance énergétique et créatrice dont le monde est issu.
?
Par la méthode de réintégration, il nous permet de pénétrer dans les formes les plus secrètes de la matière et de l'univers, de percevoir la nature de la pensée mentale et de la conscience et d'arriver à l'union avec les formes subtiles de l'être à divers niveaux nous menant jusqu'à l'appréhension de la pensée créatrice que nous appelons le Divin.
?
../..
Les Véda, textes des envahisseurs Aryens, fulminent contre les adorateurs du phallus et les formes de culte Shivaïtes. Il fallut plus de deux millénaires pour que la religion de Shiva qui resta toujours la religion du Peuple Indien soit tolérée puis intégrée dans le brahmanisme.
?
Alain Daniélou,
Yoga, méthode de réintégration.
 
 

 

 

OM

Gaté Gaté

Paramgaté

Parasamgaté

Boddhi Svaha

"Aller au-delà de l'au-delà"

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Association Horizons Intérieurs© - Tous droits réservés - Toutes photos sous copyright - Toutes musiques déposées SACEM - Tous textes déposés SACED - Graphisme bannière : www.syamamandala.com